Annonce des intervenants des sessions plénières

À titre de coprésidents de la conférence, il nous fait plaisir de confirmer la présence des intervenants de sessions plénières suivants, à la Conférence annuelle de la Société canadienne de bioéthique 2020 … Demeurez à l’écoute pour des mises à jour additionnelles du programme.

- Jennifer & Michael

Eric Meslin – La bioéthique pour le 21e siècle : Sommes-nous prêts ?​

La bioéthique a vu le jour vers le milieu du 20e siècle, à la suite des procès de Nuremberg et en réponse aux avancées technologiques au niveau des soins de santé.  Les progrès au niveau de la génomique, de l’intelligence artificielle et des technologies numériques soulèvent des questions relativement à la signification d’être humain, aux distinctions à faire entre la vie privée et la vie publique ou, ce que ces distinctions devraient être et à savoir si les structures et les processus de gouvernance et réglementaires pourront traiter de façon efficace les nouveaux défis posés par ces nouvelles technologies.  Lors de sa présentation, le Dr. Meslin retracera l’évolution de la bioéthique relativement à la technologie et définira ce que l’avenir réserve pour la bioéthique en ce 21e siècle.  Sommes-nous prêts ? ​

Le Dr. Meslin est Président-directeur général du Conseil des académies canadiennes.  Il était l’un des directeurs fondateurs du Centre de la bioéthique de « l’Indiana University » et Doyen adjoint de l’École de médecine de « l’Indiana University ».  Avant de rejoindre « l’Indiana University », il était Directeur de la recherche du programme « Ethical, Legal and Social Implications (ELSI) » du » National Human Genome Research Institute » et Directeur exécutif de la « National Bioethics Advisory Commission », une nomination qui lui fut décernée par le Président Bill Clinton à l’époque.  Avec des compétences multidisciplinaires en philosophie et en bioéthique, ses recherches sont axées sur les aspects éthiques de la science économique, de la santé internationale, des données massives et de la recherche sur des sujets humains.  Il possède une vaste expérience de politiques tant au niveau national qu’international, y compris à titre de membre de comités consultatifs tels, l’OMS, l’UNESCO, les IRSC, « l’Institute of Medicine », le « US Centre for Disease Control » et Génome Canada.  Il est présentement le Vice-président du « UK Biobank Ethics and Governance Council ».​

Mildred Cho – Intégration de la dimension éthique aux fins d’apprentissage machine pour la médecine de précision – Leçons à tirer pour la recherche et pour la conception innovante

L’apprentissage machine, dans un contexte de médecine de précision qui utilise la génétique, est un phénomène nouveau qui est encore très méconnu au niveau des pratiques en cours, des processus de mise en œuvre ou des contextes spécifiques dans lesquels les décisions de conception d’apprentissage machine sont prises.  Les décisions de conception s’entrecroisent de façon significative avec les valeurs et les principes éthiques.  Bien que le domaine d’apprentissage machine pour la médecine de précision en est encore au stade embryonnaire, on admet de plus en plus que les concepteurs de systèmes d’apprentissage machine ont la responsabilité de soulever des questions relativement aux valeurs et à l’éthique.  Dans sa présentation, la Professeure Cho communiquera des constatations émanant de sa recherche financée par le NIH, relativement à ces questions, elle explorera les conséquences pour la recherche étique et la conception de systèmes d’apprentissage machine, au niveau de la médecine de précision et elle partagera son expérience, acquise lors de sa collaboration à la création d’une nouvelle trousse d’outils en matière éthique. 

La Professeure Cho est Directrice associée au Centre d’éthique biomédicale Stanford.  Elle est une experte reconnue relativement aux questions sociales et d’éthique en recherche génétique, y compris les questions découlant de la thérapie génique et de la manipulation des gènes ainsi que les questions entourant la biologie synthétique, la recherche sur le microbiome, l’utilisation de l’intelligence artificielle aux fins d’analyse de données génomiques et médicales, l’incidence de la brevetabilité des gènes sur les tests et la recherche génétique clinique ainsi que l’incidence des partenariats entre les universités et l’industrie sur la recherche biomédicale.  Sa formation multidisciplinaire comprend la pharmacologie, la politique de santé et la bioéthique. 

Pascale Lehoux – Gouvernance d’anticipation et imagination morale – Mobiliser le public relativement au futur des technologies de la santé

Recherche responsable et innovation (RRI) met l’accent sur la participation inclusive et anticipative des parties prenantes, dans le développement et le déploiement d’innovation technologique.  Bien que le public ait un enjeu décisif dans le futur de la technologie, les citoyens sont souvent exclus des discussions.  Le développement futur d’interaction entre les questions morales et techniques est parfois difficile à concevoir, soit en raison de la complexité et de la compréhension limitée de la technologie en soi ou, de la difficulté de perception relativement au contexte sociotechnique, au sein duquel cette technologie serait déployée.  Dans sa présentation, la Professeure Leroux explore la façon de promouvoir l’imagination morale publique en ce qui concerne la technologie, partage ses perceptions de l’utilisation de méthodes délibératives dans le développement de la déclaration de Montréal et propose des orientations pour un engagement public inclusif et anticipatoire concernant l’IA et les technologies de santé émergeantes au Canada. 

Professeure Lehoux est Professeure titulaire au Département des politiques, de la gestion, et de l’évaluation de la santé, de l’Université de Montréal.  Elle possède un baccalauréat en design industriel, un doctoral en santé publique de l’Université de Montréal et a poursuivi des études postdoctorales en Dynamique des sciences et de la technologie à l’Université d’Amsterdam.  Elle a assumé la présidence de Recherche et innovation en santé du Canada de 2005 à 2015.  Ses recherches sont axées sur les changements technologiques en santé, y compris l’incidence de l’évaluation des technologies sur les prises de décisions concernant les politiques et la participation du public, sur les questions sociologiques globales relatives à la conception de technologies et sur la diffusion des technologies en soins de santé ainsi que sur le rôle des modèles d’affaires, d’investissements en capitaux et de politiques économiques, sur la conception technologique au niveau des entreprises nées de la recherche universitaire.