Canadian Association of Practicing Healthcare Ethicists – Association canadienne des éthiciens en soins de santé

(plus de détails sur la CAPHE-ACESS suivent la déclaration ci-dessous)

Déclaration du conseil d’administration de la CAPHE-ACESS sur la lutte contre le racisme et l’oppression structurels

Le conseil d’administration de la CAHPE-ACESS reconnaît les préjudices permanents causés aux individus et aux communautés par le racisme et l’oppression structurels qui persistent dans la société canadienne et ailleurs. Bien que nous ayons pu nous habituer à des inégalités de longue date dans le fonctionnement des institutions publiques, l’impact de la COVID-19 a exposé ces forces oppressives de façon nouvelle.

De même, la mort de George Floyd aux mains de policiers à Minneapolis a mis en évidence le racisme contre les noirs qui perdure. Elle a mis en évidence la façon dont l’oppression structurelle se manifeste de manière particulièrement flagrante sous forme de racisme. Cette situation est évidente dans une longue histoire d’injustice dans de nombreux endroits, y compris au Canada. Cette histoire se poursuit alors que nous voyons de nouveaux exemples de racisme. Le racisme contre les noirs et le racisme contre les autochtones se poursuivent de façon alarmante. La COVID-19 a également révélé l’ampleur du racisme contre les Asiatiques.

L’oppression systémique se manifeste également par le sexisme, la discrimination fondée sur la capacité physique, l’homophobie, l’âgisme et d’autres formes de marginalisation, de préjugés et de discrimination. Elle est aggravée pour ceux qui appartiennent à plusieurs d’entre elles. La prise en compte de l’oppression structurelle dans nos activités nécessitera un travail conséquent et continu pour être en mesure de la reconnaître clairement autour de nous et de la comprendre du point de vue de ceux qui la subissent.

L’objectif premier de la CAPHE-ACESS étant de définir plus précisément et de normaliser le rôle et les pratiques des éthiciens en soins de santé, nous pensons que l’organisation a le devoir de s’assurer que les produits, outils et ressources que nous créons ne perpétuent pas les structures ni les préjugés oppressifs et racistes endémiques à notre société. Nous reconnaissons que cela peut se produire en raison de notre propre ignorance des mécanismes implicites de l’oppression et du racisme systémiques. Nous sommes conscients que la pleine conscience du problème et de ses sources nécessitera un travail continu en tant qu’individus comme en tant qu’organisation.

De concert avec d’autres organisations nationales d’éthique de la santé comme l’Association canadienne des comités d’éthique de la recherche et la Société canadienne de bioéthique, nous partageons notre propre engagement public à définir des objectifs et des processus clairs qui garantissent que notre travail respecte la valeur inhérente de tous les êtres humains. En outre, nous devons remettre en question les obstacles qui empêchent les personnes touchées par notre travail d’accéder équitablement aux avantages et aux protections que nous recherchons pour tous en mettant en œuvre l’éthique dans la pratique des soins de santé.

Qu’est-ce que la CAPHE-ACESS?

La CAPHE-ACESS est une association professionnelle à adhésion volontaire dont les membres ont un intérêt à poursuivre ou à contribuer à la professionnalisation des éthiciens de la santé en exercice au Canada. La CAPHE-ACESS a été constituée en vertu de la Loi canadienne sur les associations à but non lucratif le 11 avril 2014. Son assemblée annuelle inaugurale s’est tenue le 30 mai 2014, conjointement avec la conférence de la Société canadienne de bioéthique (SCB) à Vancouver.

Quel est son objectif?

L’objectif de la CAPHE-ACESS est de promouvoir l’excellence dans la pratique de l’éthique en soins de santé. 

Pourquoi la CAPHE-ACESS fait-elle ce travail?

Le but principal de la CAPHE-ACESS est d’améliorer la pratique de l’éthique en soins de santé, de développer une définition commune de ce que nous faisons en tant que praticiens de l’éthique en soins de santé, et de promouvoir des normes élevées dans la façon dont nous sommes préparés à notre pratique et dont nous l’exerçons. Nous espérons promouvoir des cohérences dans le domaine, telles que jugées utiles par les praticiens et ceux avec qui nous travaillons. Ceci a pour but de donner au public, aux employeurs et aux autres personnes concernées par notre travail, une image plus claire de ce dont ils peuvent attendre de nous, dans ce que nous faisons et dans la façon dont nous le faisons, au Canada en particulier. Il est entendu que, même si une telle normalisation crée une base commune pour les attentes à l’égard de notre pratique, il y aura toujours un certain degré de variation entre les personnes et les milieux de pratique, comme c’est le cas dans toutes les professions. 

Que fait-elle?

Les directeurs de la CAPHE-ACESS, en consultation avec les membres, entreprennent les actions suivantes :

  • Soutenir de façon continue les activités des groupes de travail (voir la liste des groupes ci-dessous);

  • Donner la priorité à la rédaction de certains documents, notamment une déclaration des valeurs fondamentales de l’association.

 

Comment cela fonctionne-t-il?

Un cadre de prise de décision, basé sur la méthodologie de l’engagement délibératif, est utilisé pour le développement de « produits » liés à la professionnalisation, comme les normes de pratique et les déclarations de position.

Comment cela a-t-il commencé?

En janvier 2009, un groupe de base d’éthiciens en soins de santé qui pratiquaient au Canada s’est réuni à Kingston, en Ontario. Ils partageaient les mêmes préoccupations quant au manque de normalisation dans le domaine et ils désiraient vivement explorer la professionnalisation. C’est ainsi qu’ils ont formé le groupe PHEEP (Practicing Healthcare Ethicists Exploring Professionalization ).

Les travaux initiaux comprenaient un atelier préalable à la conférence avec le Groupe de travail sur les conditions de travail en bioéthique de la Société canadienne de bioéthique (2009), une enquête nationale auprès des éthiciens du Canada pour solliciter des commentaires et des suggestions sur les projets possibles et les orientations futures du PHEEP (2010), et un symposium financé par les IRSC à Saint John, au Nouveau-Brunswick (2011).

Le PHEEP s’est agrandi au fil des ans pour inclure un groupe directeur et quatre groupes de travail : conceptuel, empirique, normes de pratique, et valeurs.

Un numéro spécial de 2012 de HEC Forum (volume 24, numéro 3), Getting Engaged: Exploring Professionalization in Canada met en lumière plusieurs aspects du travail du PHEEP, tout en offrant différentes perspectives sur des questions importantes liées à la discussion sur la professionnalisation.

Lors de la réunion du PHEEP qui s’est tenue en même temps que le congrès annuel 2013 de la SCB à Banff, un accord unanime a été trouvé pour soutenir le groupe directeur dans la poursuite de la création d’une association professionnelle à adhésion volontaire. La CAPHE-ACESS a été formée peu de temps après.

Qui sont les membres actuels du conseil d’administration de la CAPHE-ACESS?

 

Qui peut adhérer?

On s’attend à ce que tous les membres de la CAPHE-ACESS aient un intérêt à poursuivre ou à contribuer à la professionnalisation des éthiciens en soins de santé canadiens en exercice. Il existe deux types de membres, les membres à part entière et les membres associés, décrits ci-dessous.

I. Membres à part entière de la CAPHE-ACESS

Critères d’adhésion à part entière :

  • Répondre à la définition d’un éthicien praticien en soins de santé (EPSS) et avoir été employé ou travailleur autonome à titre d’EPSS au Canada au cours des 12 derniers mois.

Droits des membres à part entière :

  • Droit de vote

  • Admissibilité aux postes de membres et de présidents des groupes constitutifs de la CAPHE-ACESS

  • Admissibilité aux postes d’administrateurs de la CAPHE-ACESS

 

II. Membres associés de la CAPHE-ACESS

 

Critères d’adhésion des membres associés :

  • Participer à un programme officiel de formation en EPSS axé sur la pratique au Canada, par exemple, une bourse de recherche en pratique de l’éthique en soins de santé, ou

  • Ne pas répondre à la définition d’EPSS, mais avoir une expérience pertinente de la pratique ou de l’éducation dans les domaines des soins de santé ou de l’éthique en soins de santé, ou avoir des liens significatifs avec ces domaines, ou

  • Répondre à la définition d’EPSS, mais ne pas avoir été employé ou travailleur autonome à titre d’EPSS au Canada au cours des 12 derniers mois (p. ex., retraite, congé, travail à l’extérieur du Canada).

 

Droits des membres associés :

  • Admissibilité aux postes de membres des groupes constitutifs de la CAPHE-ACESS

  • Pas admissibles aux postes de présidents des groupes constitutifs de la CAPHE-ACESS ni aux postes d’administrateurs de la CAPHE-ACESS

  • Pas de droit de vote

Définition de l’éthicien praticien en soins de santé (EPSS) :

Un éthicien praticien en soins de santé a des responsabilités professionnelles dédiées au sein d’un organisme de soins de santé afin de fournir une variété de services liés à l’éthique qui comprennent plus d’un des éléments suivants : consultation en matière d’éthique clinique ou organisationnelle; développement ou révision de politiques; éducation du personnel en matière d’éthique; gestion de programmes d’éthique (y compris les comités d’éthique clinique); mentorat du personnel et des apprenants; et consultation en matière d’éthique de la recherche.

Cette définition ne vise pas à inclure les personnes dont les principales responsabilités en matière d’éthique sont des travaux universitaires ou la participation à des comités d’éthique de la recherche.

Qui dois-je contacter pour obtenir de plus amples renseignements?

Veuillez nous contacter à l’adresse suivante pour de plus amples renseignements.

 Pas trouvé de version française

Screen Shot 2021-05-20 at 11.39.32 AM.pn